Blog

Des volants synthétiques homologués par la BWF

Un big bang. C’est l’effet que l’annonce de la BWF en ce début d’année a provoqué dans le monde du badminton. Il faut dire que l’homologation potentielle par la plus haute autorité du badminton d’un volant qui ne serait pas en plumes à de quoi surprendre, inquiéter ou enthousiasmer en fonction de son point de vue.

Premiers produits en 2021

Revenons d’abord sur l’annonce: le 20 Janvier 2020, la BWF a annoncé sur son site web que les volants en plumes synthétiques seraient homologués pour ses tournois internationaux, à partir de 2021. Cette annonce est le résultat d’un travail de développement sur plusieurs années avec YONEX et des tests réalisés en 2019 en marge de 3 tournois internationaux.

La BWF a donc décidé que puisque YONEX pouvait le faire, chaque équipementier pourrait également proposer des volants synthétiques pour homologation BWF. Préalablement elle fera évoluer son cahier des charges pour le permettre, car aujourd’hui les spécifications techniques ne le permettent pas. Ensuite ce sera à chaque organisateur de tournoi international de choisir avec quel volant se jouera son tournoi (plumes ou synthétique donc). Cette annonce a surpris la plupart des grandes fédérations du badminton, Chine et Malaisie en tête, qui ont souligné le manque de transparence et de communication sur le sujet.

Avec cette évolution, la BWF met en avant la réduction des déchets : les volants synthétiques permettront la réduction du nombre de volants utilisés, grâce à une durée de vie étendue jusqu’à +25%.

Que sait-on de ces volants ? 

D’abord, et contrairement à des informations qui ont circulé sur les réseaux, on ne parle pas ici de volants hybrides. Les volants hybrides tel que notre modèle HYBRID, sont une évolution intéressante pour la durée de vie, qui va bien au-delà de 25%. Mais ces volants ne sont pas identiques à des volants plumes en terme de vol et de précision. Parfaits pour des clubs avec un public loisir, ou pour des joueurs scolaires par exemple, mais pas suffisant pour des tournois internationaux.

Ce ne sera pas non plus des volants plastiques, ou des volants avec des plumes remplaçables, comme dans le passé les propositions de PRINCE (plumes remplaçables et ajustement de vitesse), LI-NING (Phoenix), RSL (Dura-tourney) ou encore ASHAWAY (Bird 2).

Non, les volants synthétiques seront des volants avec des plumes en carbone. Ces plumes carbone auront le look de plumes naturelles et une flexibilité qui s’en approche. On a déjà vu sur le marché des volants de ce type chez VICTOR avec les Carbonsonic CS1 et CS2, mais leurs performances ont souvent été jugées trop justes pour remplacer les plumes naturelles.

Alors que penser de volants fabriqués en carbone, un dérivé du pétrole, non recyclable dans les filières actuelles, pour une promesse de +25% de durée de vie ? Pas si simple… 

Une avancée écoresponsable ?

Chez QETZAL nous sommes partagés sur cette évolution. Nous défendons un badminton plus responsable et plus durable, et forcément que la BWF s’intéresse au sujet est une avancée remarquable. 

Pour autant, est-ce que la réponse proposée est la bonne ? En terme de bilan environnemental, c’est très contestable. Remplacer des plumes naturelles par une matière à base de pétrole et non recyclable ne nous semble pas aller dans le bon sens, et encore moins pour 25% de durabilité supplémentaire. La durabilité des plumes naturelles est un sujet qui nous tient à coeur et que nous vous avons déjà expliqué sur le blog.

Pourrons-nous relocaliser cette production de volants en France ou en Europe et limiter le transport ? Là encore c’est peu probable, tant les volumes et la spécificité technique de ces produits les placent en Asie. Par ailleurs chez QETZAL nous utilisons le train pour transporter nos volants, et le bilan carbone du transport est maintenant significativement réduit.

Est-ce que le volant synthétique sera un produit pour le plus grand nombre, permettant de démocratiser toujours plus le badminton ? Les premières indications semblent montrer le contraire, avec un prix de vente qui devrait se situer autour de 30€ le tube…

Ces nouveaux volants seront-ils l’occasion de bannir le plastique et l’aluminium des tubes, afin d’avoir un impact immédiat et tangible sur l’environnement ? Rien ne semble l’indiquer, pourtant nos tubes montrent qu’une autre façon de faire est possible.

Reste le bien-être animal, sujet auquel nous sommes sensibles. Mais là encore, il existe d’autres solutions que le pétrole. Chez QETZAL nous militons pour que les fournisseurs de plumes soient certifiés « RDS » Responsible Down Standard. Ce référentiel, très exigeant, est utilisé dans l’industrie textile et permet de certifier que les conditions de collecte des plumes et duvets d’oie et de canard respectent les fondamentaux du droit animal. La certification RDS serait une énorme avancée dans le badminton, mais force est de constater qu’à ce jour, seul QETZAL en discute avec ses fournisseurs.

Vous l’aurez compris, nous sommes contents que le sujet de l’écoresponsabilité ait (enfin) touché la BWF. Nous trouvons dommage que seul un équipementier ait été impliqué dans ce projet majeur pour notre sport, d'autres auraient également eu des choses à dire. Et par ailleurs nous nous étonnons que la réponse apportée soit en décalage avec les enjeux actuels. Mais nous restons optimistes : ces volants permettront certainement de faire évoluer les mentalités, et c’est déjà pas si mal.